Un petit article pour "fêter" les 2000 kms réalisés en même temps que mon arrivée dans l'Iowa.

J'ai atteint la Mississippi river, un grand fleuve des Etats-Unis, que j'ai longé sur une cinquantaine de kms. Les paysages sont ici plus attrayants, toujours beaucoup de champs de maïs et d'exploitations agricoles immenses (je pense qu'un agriculteur Français n'en reviendrait pas...) au pays de tous les superlatifs.

Justement après 2000 kms et plus de 3 semaines passées aux USA, il est temps pour moi de faire un petit point sur "l'American Way of life" et sur ce que j'ai pu apprécier ou regretter dans ce pays...

Comme je le disais plus haut, c'est le pays des superlatifs : tout est ici plus grand, plus gros : la superficie du pays tout d'abord, je me rends compte aujourd'hui de l'immensité démesurée des USA, j'ai fait 2000 kms et je ne suis même pas à la moitié de la traversée...

Les voitures, pick-up et camions sont toujours plus gros, plus larges, leurs moteurs engloutissent des litres et des litres de Super, et ce n'est pas le prix ridicule du gallon ici qui va faire changer des habitudes bien ancrées. TOUT, absolument TOUT est étudié pour l'automobile, et j'ai parfois l'impression que les Américains ne savent rien faire sans elle. Dans les campings, il y en a même qui la prennent pour faire 100 mètres... Je me sens bien seul sur mon vélo le long des routes : sur la totalité de mon parcours j'ai dû croiser 10 cyclistes au maximum (sauf dans les grandes villes) !

Les gens sont plus gros : je ne généralise pas mais, c'est plus souvent le cas dans les campagnes, il y a ici une part d'obèses assez impressionante, dans certains Mc Do, il n'y a pas un seul serveur de "corpulence normale" : car on est bien au pays de la (mal) bouffe : peu importe la qualité, seule la quantité compte : hamburgers, boissons à volonté, milk-shakes, cookies, Donuts sont tout sauf diététiques. Ce qui est inquiétant, c'est que beaucoup d'enfants sont obèses, et en les voyant manger je n'ai pas franchement l'impression que les parents essaient d'y changer grand chose...

C'est effectivement le pays de la bouffe : on en trouve partout, stations service, Food store, des boissons fraîches à volonté, il est évident que pour moi c'est bien pratique : je me suis totalement aligné sur les habitudes alimentaires des Américains, et surtout je bois énormément de boissons sucrées tous les jours... Mais avec mes 100 kms par jour en moyenne je ne me fais pas de souci pour ma ligne...

Les villes, villages ont, en général, moins de charme qu'en Europe. Rares sont les villes aux petites rues commerçantes et pittoresques comme on peut en trouver en France par exemple. On trouve plutôt un quadrillage de rues "à l'américaine", dépaysant mais quand on connaît nos petites bourgades Françaises... Ca manque ! Il n'y a pas ou peu de vie nocturne dans les centre-ville ("Downtown"), et dans certaines villes il paraitraît même que Downtown est plus un "coupe-gorge" qu'autre chose (Phoenix, Arizona par exemple). En clair, après 21h, y a plus un chat qui traîne, sauf dans les grandes villes bien sûr... Dans ce domaine, en France, Espagne et Italie c'est quand même autrement plus sympa...

La vie est aussi chère qu'en France, même si pour nous le taux de change €/$ est pour nous favorable. Dans les restaurants, les portions sont plus conséquentes, mais entre la taxe et le "Tip" (le service, qu'on paie en plus - environ 15% de la facture) on arrive vite à des notes conséquentes. Pour la nourriture, c'est à peu près les mêmes prix qu'en France. Les tarifs des campings et motels varient énormément : j'ai eu un motel à 50 $ minable, un autre à 40 exceptionnellement bon... Il y a de tout, mais ça reste cher. Pour les campings, certains s'affichent à 10 $ (très correct), d'autres à 35 $ !! On nous prend vraiment pour des c..., payer plus de 200 de nos défunts Francs pour avoir un morceau de pelouse et une douche froide... Lamentable ! Heureusement ce style de tarifs est exceptionnel...

Concernant les Américains eux-mêmes, mon aprréciation est très bonne : exceptionnellement accueillants pour la plupart, compréhensifs quand à mon Anglais assez miséreux, et toujours prêts à apporter leur aide si nécéssaire. Beaucoup s'intéressent à mon trip, et tous m'encouragent chaleureusement, souvent en me donnant de bons conseils ou indications.